Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs
Bienvenue chez CENTURY 21 Stéphane Roume Immobilier, Agence immobilière CLERMONT FERRAND 63000

Au gaz, à bois, au fioul, à condensation : quel type de chaudière choisir ?

Publiée le 21/07/2018
Votre chaudière arrive en fin de vie ? Vous souhaitez faire des économies d’énergie ? Voici un petit mode d’emploi qui vous permettra d’identifier les plus et les moins de chacun des dispositifs de chauffe disponibles sur le marché.

A condition d’avoir un logement bien isolé, une chaudière de dernière génération permet de réaliser environ 20% d’économie sur la facture d’énergie. Pas si mal ! Voici, ce qu’il faut savoir sur les principaux modèles disponibles du marché.

- Modèles à condensation : éligibles au crédit d’impôt

Les chaudières à condensation recyclent la chaleur des fumées à 180 °C issues de la combustion du gaz ou du fioul pour réchauffer l'eau du circuit de chauffage. Leurs prix s’étagent de 3000 à 7000 euros. Elles ont des contraintes d’installation plus importante que les modèles traditionnels. Bien adaptées aux grands volumes, elles permettent d’économiser de 15 à 20% d’énergie. Elles sont est éligibles au crédit d’impôt.

Attention : les modèles à condensation impliquent l’emploi de produits de fumisterie adaptés à la condensation, plus chers que les modèles courant.

- Chaudières basse température : économiques

Contrairement aux chaudières ordinaires, les modèles basse température chauffent l'eau circulant dans les radiateurs au plus juste (environ 60 degrés contre 90 degrés pour un modèle traditionnel). Idéales pour les surfaces moyennes, elles gagnent à être couplées à des radiateurs de grande contenance, en fonte, et permettent de réaliser environ 15% d’économies. Leurs prix démarrent autour de 3000 euros. L’installation est aisée. Cette technologie n’est plus éligible au crédit d’impôt, mais peut ouvrir droit aux aides de l’ANAH.

Bon à savoir : en cas de froid intense, la température de chauffe peut être élevée au niveau de celui d’une chaudière classique (90 degrés). 

- Chaudière à granulé de bois : chères, mais éligible au crédit d’impôt

Avec ces modèles, ce sont des pellets (granulé de bois) qui sont utilisés lors de la combustion. L’alimentation est automatisée. Le fluide caloporteur du circuit est utilisé à la fois pour la production de chaleur et d’eau chaude. Ces chaudières ont pour inconvénients leur prix élevé (environ 15.000 euros) et la nécessité l’installation d’un silo pour entreposer les pellets. Ces contraintes les réservent aux grandes maisons. 

Au chapitre des avantages, elles sont éligibles au crédit d’impôt et le prix des pellets (environ 350 euros la tonne) est moins onéreux que celui du fioul.

- Les chaudières à bois : fonctionnement manuel !

Ecolos et éligibles au crédit d’impôts, les chaudières à bois fonctionnent parfois par chargement automatique de bûches ou de granulés de bois, mais dans la plupart des cas il faut les alimenter à la main. Ces dispositifs peuvent aussi produire de l‘eau chaude sanitaire par l’intermédiaire d’un ballon de stockage

Le prix des chaudières bois va de 3500 et 9000 euros, mais il est vite amorti, le bois constituant une ressource abondante et peu onéreuse. 

Attention : les chaudières à bois produisent des cendres qui doivent être régulièrement purgées. 

- Chaudière condensation fioul : performantes

Ce type de chaudière consomme du fioul pour produire de la chaleur, mais récupère une partie des fumées issues de la combustion avant leur évacuation, et donc davantage de chaleur sans consommation supplémentaire d’énergie.  La chaudière peut être raccordée à l’ensemble des systèmes de chauffage fonctionnant à base d’eau chaude. L’économie peut atteindre 20% par rapport à une chaudière fioul traditionnelle. 

Eligible au crédit d’impôt, peu polluantes, ces chaudières valent de 7 à 10.000 euros. Parmi leurs inconvénients, on peut citer l’obligation de tuber le conduit d’évacuation et une empreinte écologique médiocre.

Stéphane Roume

Notre actualité